Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Donnez votre avis

Félicitations, remerciements, flagorneries ou coups de gueule, irrévérence, trahison ?

 

Commentez les récits...

 

Comme pour l'alcool, pas d'abus, faut quand même que ça tienne la route... Merci

Recherche

Liens

20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 00:00
Repost 0
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 16:09
Voici la BD rédigée par Atomik JF pour l'édition 2006 du Duathlon



Voici les épisodes BD en PDF :


Couverture
1- Avant
2- Première course à pied
3- Course à vélo
4- Seconde course à pied
5- C'est fini !
Repost 0
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 00:00
Enfin, voici la sortie de l'intégrale du récit de l'Ultra Trail du Mont Blanc 2005
par Atomic JF


Couverture
Chapitre 1-2
Chapitre 3-4
Chapitre 5-6
Chapitre 7-8
Chapitre 9-10
Chapitre 11-12
Postface


Bonne lecture !
Repost 0
Published by Atomic JF - dans Récits de courses
commenter cet article
22 août 2005 1 22 /08 /août /2005 00:00
Repost 0
1 janvier 2004 4 01 /01 /janvier /2004 00:00

lever de soleil sur le Dévoluy - 17.5 ko

lever de soleil sur le Dévoluy

En regardant vers le bas, nous avions l’impression de voler, car plus rien n’était visible entre les lumières scintillantes et nous. Sur ce flanc de montagne assez abrupt et à cette altitude, la nuit avait effacé le paysage, gommé tout obstacle à la vue magnifique qui s’offrait à nos yeux. Nous étions suspendus au-dessus de ce village qui disparaissait au fur et à mesure de notre ascension, plus aucun son ne nous atteignait ; notre progression silencieuse était seulement troublée de temps en temps par le roulement des cailloux qui dévalaient la pente sous nos pieds. En regardant vers le haut, le sommet se confondait avec le ciel ; les étoiles marquaient la frontière que nous voulions atteindre.

Partis du refuge des Sauvas, nous marchions depuis la tombée de la nuit d’un pas lent et régulier, chacun suivant de près le marcheur ou la marcheuse qui le précédait. En quittant le confort rassurant de nos véhicules, nous avons entamé avec une petite inquiétude cette randonnée nocturne vers le Pic de Bure, objet de notre convoitise, que nous comptions atteindre quelques heures plus tard. Ne sachant pas ce qui les attendait, ceux qui abordaient cette aventure pour la première fois restaient nichés dans le milieu protecteur de la colonne des amis, silencieux, renfermés sur leur appréhension et leur plaisir, concentrés sur l’économie de mouvements et la sécurité. Les dix lampes frontales formaient un petit train lumineux qui serpentait en gravissant la pente. Après un passage assez long dans une épaisse forêt, la végétation s’est clairsemée pour faire place à des éboulis, qui furent notre décor presque invisible pendant toute la montée. Au hasard des mouvements des uns et des autres, les faisceaux des lampes jetaient des éclairs lumineux sur les faces des rochers, matérialisant ainsi l’aspect chaotique et lugubre des minéraux qui nous entouraient. Venant de nulle part, des courants d’air nous enveloppaient quelquefois de leurs tentacules glacées pour nous confirmer que nous étions des étrangers troublant la tranquillité des lieux. La pente instable et les pierres rendaient la marche incertaine et dangereuse, le chemin si évident au début devenait une énigme parfois résolue par la présence de cairns ; la fatigue et le sommeil commençaient leur œuvre dévastatrice...

Pourtant, une certaine euphorie nous envahissait à l’idée d’arriver là haut. Tous ceux qui avaient déjà réalisé cette ascension de jour, et ils étaient nombreux, se sentaient gagnés par cette espèce de joie excessive pour avoir, encore une fois, joué un bon tour aux années qui s’ajoutent aux années en accroissant la difficulté par une montée nocturne. Comment raconter le passage des marches ? On aurait cru l’escalade à flanc de pyramide, lorsque l’on passe d’une dalle à une autre par un grand pas transversal, cherchant un appui sûr dans la roche irrégulière, fouillant des yeux le halo lumineux pour trouver les marques du chemin, maîtrisant la douleur des muscles successivement comprimés puis hyper étendus pour ne pas être distancé par le groupe. Vers le haut, nous avons rencontré un petit névé oublié là par le printemps, tout vieux, tout sale, avec son manteau gris auquel nous avons donné de sérieux coups de pieds pour voir s’il était bien blanc en dessous... De courtes pauses donnaient aussi l’occasion d’ajouter un vêtement car la température diminuait sensiblement vers le sommet, et nous approchions du but avec l’impression que l’on en finirait jamais car plus on montait, plus nous mesurions avec lassitude qu’il restait encore et encore des roches à contourner, des cailloux à piétiner, des cailloux, des cailloux, toujours des cailloux (et pas de cabane...). Sur certains versants, suivant l’exposition, il y avait des zones de mousse et de lichens avec des petites fleurs qui donnaient un air sympathique à cette montagne aride et austère. Certaines plaques, assez grandes, donnaient surtout envie de s’y allonger pour dormir. Ah ! Dormir... savait t’on encore ce que cela voulait dire ? Nos pas nous portaient encore par un réflexe de survie mais il ne fallait pas tomber car nous serions morts de sommeil, là, sur le flanc de cette pente inégale et caillouteuse, au bout de nos forces, abandonnés à cette torpeur bienfaisante qui conduit au couloir de l’anéantissement...

Soudain, nous avons longé le bord d’une falaise, un à-pic extraordinaire, un trou sans fond de centaines de mètres, un dénivelé incroyable, un vide qui engloutissait notre rai lumineux jusqu’à l’infini. C’était là : Le Pic de Bure, tant attendu, si bien mérité, une vilaine petite plate-forme irrégulière et grisâtre dominant tout, une vue époustouflante et un tour complet d’horizon en communion avec les sommets des Alpes et la voûte céleste ; En résumé : 360 degrés de bonheur pur.

Arriver au sommet n’était pas l’aboutissement de tant d’efforts et le but n’était pas non plus d’escalader 2709 mètres car nous avions tous fait cela bien des fois. Nous étions venus pour guetter un événement qui se répète chaque jour mais qui reste un miracle et un émerveillement à chaque occasion. Il restait donc quelques heures avant ce grand moment et nous avons tous dormi à la dure sur notre pic de Bure, blottis dans nos duvets avec un vent glacé, enroulés dans nos toiles sous un plafond d’étoiles.

Patrick, il fait pas chaud ? - 37.9 ko

Patrick, il fait pas chaud ?

lever de soleil sur le Dévoluy - 18.5 ko

lever de soleil sur le Dévoluy
A six heures s’est produit un lever de rideau sur le plus beau spectacle auquel il peut être donné d’assister. Jouez musiques, lancez vos trompes, orchestres symphoniques, poussez vos voix à pleins poumons, les chœurs et hurlez vos ovations dans un crescendo général. Les sommets tout juste éveillés des Ecrins, alignés comme des soldats en uniformes noirs, casques pointus sur une même ligne de crête se découpant dans une irisation sans cesse en cours de transformation comme un bouillonnement de sang rose qui monte au loin sans pouvoir s’arrêter, engloutissant tout au passage, illuminant l’horizon d’une lueur fantastique, mobilisant toutes les attentions ! Figés, nous étions tous là, émerveillés, silencieux, retenant notre souffle, saisis par ce happening éblouissant comme si nous assistions à une explosion nucléaire ! Et enfin, Il arriva entre deux pointes, une irruption qui fusionna tout dans une élévation fulgurante, une montée puissante et inexorable, une apparition qui remplit notre horizon, nous baignant dans sa radiation généreuse, émettant une chaleur qui nous transperça aussitôt : Le soleil. Ouf ! Quel spectacle, quelle sensation ! Oui, là, nous avons eu notre orgasme cosmique... avec émission d’atomes d’hydrogène et tout le tintouin !
le groupe au sommet - 43.7 ko
le groupe au sommet
 
Le soleil, qui nous avait tant offert, était déjà bien haut dans le ciel lorsque nous fûmes rejoints par l’équipe buressoise de jour, c’est-à-dire les dix sept courageux qui étaient partis du refuge à six heures du matin, l’heure exacte de ce mémorable salut au soleil. Ce furent donc vingt sept citoyens de Bures-sur-Yvette qui prirent possession des 91,440 m² à 2709 mètres du Pic de Bure en ce beau dimanche 6 juillet 2003. Il ne faisait pas bon monter à cet endroit et à ce moment précis pour y faire une retraite dominicale ou un rendez-vous en amoureux ! La troupe joyeuse des "noctembures" a dignement fêté son ascension victorieuse avec force victuailles montées à dos d’hommes et de femmes. La table d’orientation se souviendra longtemps du saucisson pur porc, du pâté Hénaff et du pétard des bouchons de champagne. On a beau être sportifs, on n’en est pas moins gaulois, et une victoire entre amis, cela s’arrose, pas vrai ? Pour finir, les incontournables photos bouclèrent la cérémonie et le plateau de Bure fut traversé d’un pas alerte pour aller faire une rencontre du troisième type, elle aussi assez attendue : Les grandes oreilles, les antennes géantes de l’Institut de Radio Astronomie Millimétrique du Plateau de Bure, un endroit tristement célèbre en l’an 2000, mais un haut lieu de la recherche scientifique mondiale.
la descente - 36.2 ko
la descente
 
Enfin, la descente s’est effectuée par un autre chemin, la "Combe de Mai", un immense pierrier qui fut descendu en un temps record. Six cent mètres de dénivelé, avalés en moins de temps qu’il en faut pour le mesurer... Comment imaginer cet interminable descente avec les cailloux qui roulent sous les pieds, chaque randonneur avec son propre style, "ramasse" ou "patasse", dans cette pente à 45° qui n’en finit jamais sous un soleil de plomb, plus tellement notre ami à présent, mais illuminant cet endroit indescriptible, résultat des immenses falaises rocheuses qui pleurent depuis des milliers d’années les pierres de leurs flancs fragiles, comme des larmes versées sur leur beauté inaltérable et méconnue.

Finalement, c’est le retour au gîte forestier de Montacharre, marquant la fin de cette magnifique randonnée commencée la veille. Le soleil qui se couche derrière les grands arbres donne le signal du repas pris en commun. Une grande tablée conviviale, bruyante et chahuteuse conclut un séjour vraiment très réussi. Il faut remercier très chaleureusement tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette sortie qui restera dans les mémoires.

Pourquoi y sommes-nous allés ? Parce qu’il est là. * L’extase cosmique n’attend pas !

les paraboles - 26.8 ko

les paraboles

lever de soleil sur le Dévoluy - 18.5 ko

lever de soleil sur le Dévoluy
Repost 0
1 janvier 2003 3 01 /01 /janvier /2003 00:00
Anne-Marie, Annick, Christine, Frédérique et Maora à la Parisienne 2003
nouvelle ajoutée le 1er janvier 2003

Changement de décor pour la deuxième édition vraiment parisienne de cette belle course. On a troqué les jardins des Tuileries pour les bassins du Trocadéro. En face la Tour Eiffel de l’autre côté de la Seine. Tout autour des jets d’eaux, les stands des marques, de retrait des dossards, les tentes des kiné et la consigne. Cette année l’organisation a même pensé aux toilettes ! En haut le podium Renault et devant un beau tapis vert où ont lieu les échauffements avant la course, les étirements après la course , la proclamation des résultats et le tirage au sort de la Twingo tant convoitée.

Un soleil radieux, un parcours prestigieux de 6.5kms et 4200 femmes au départ de cette course accessible à toute une chacune. Sur les bords une foule nombreuse et enthousiaste, surtout sur les ponts : Iéna, Bir Hakeim et Invalides. Yves est venu applaudir Frédérique mais surtout Maora, leur fille qui n’a pas encore 15 ans et qui boucle le tour en moins d’une demi-heure juste derrière sa maman ! Anne-Marie vient vite derrière alors qu’arrive ‘’en touriste’’ Annick, une fidèle de cette épreuve qui aime faire durer le plaisir d’une balade dans Paris.

A l’arrivée, une médaille, une rose, des fruits et de l’eau et les félicitations des unes et des autres. Une organisation remarquable sous la direction de Catherine, notre amie présidente de l’AFCF-IDF qui amène chaque année ses troupes aux 12heures de Bures.

Alors, les filles, venez au moins une fois profiter du Paris qui vous est offert une fois par an : vous ne le regretterez pas et y reviendrez avec votre fille !

Repost 0