Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Donnez votre avis

Félicitations, remerciements, flagorneries ou coups de gueule, irrévérence, trahison ?

 

Commentez les récits...

 

Comme pour l'alcool, pas d'abus, faut quand même que ça tienne la route... Merci

Recherche

Liens

17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 21:37

Très belle édition 2011 du TGV avec des conditions idéales dans un décor splendide, mais la course fut dure, surtout dans les descentes pour ce qui me concerne.

 

TGV.jpg

  

J’ai commencé cette course dans une situation inédite pour moi, car environ 2km après le départ, j’ai été dépassé par les serre-files qui ne m’avaient pas vu, m’étant arrêté quelques instants pour changer de tenue. Nous avons cheminé ensemble quelques centaines de mètres, puis j’ai progressivement remonté 24 concurrents, dont Jean-François, jusqu’au Col de la Vanoise (1 000 m d’ascension). A ce point, je n’avais que 10’ d’avance sur la barrière horaire et je me suis dit qu’il ne fallait pas s’attarder pour être dans les temps aux barrières suivantes.

  

Au refuge d’Arpont (km 22), j’ai d’abord guetté l’arrivée de Jean-François, pensant qu’il était sur mes talons, puis j’ai finalement décidé de repartir avec mon petit ¼ d’heure d’avance. Bien m’en a pris, car je n’ai pu au mieux que stabiliser cette courte avance aux barrières suivantes de Plan sec (km 37) et d’Orgère (km49), ayant beaucoup souffert de crampes dans chacune des descentes.

 

Le névé du Col de Chavière (près de 2 800 m avec encore 1 000 m d’ascension avant la longue descente sur Pralognan) n’était pas aussi important qu’en 2007. Réchauffement climatique ou moindre enneigement ?

 

Pas de tracas d’avant course, pas de chute pendant la course cette année, mais comme Cédric un chrono en recul par rapport à 2007.

 

Mon objectif était une mise en jambes avant le Défi de l’Oisans. J’aurai au moins appris de ce TGV qu’il faut que je travaille mes descentes et que je sois très attentif à la gestion du temps par rapport aux barrières horaires.

 

Bravo à Cédric et à Marc. Je suis déçu pour Jean-François, prématurément éliminé alors qu’il avait la capacité d’aller au bout. Merci à lui de nous avoir accompagnés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires