Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Donnez votre avis

Félicitations, remerciements, flagorneries ou coups de gueule, irrévérence, trahison ?

 

Commentez les récits...

 

Comme pour l'alcool, pas d'abus, faut quand même que ça tienne la route... Merci

Recherche

Liens

1 juillet 2005 5 01 /07 /juillet /2005 00:00

Un accessoire important du coureur régulier qui veut tenter l’aventure des courses du type 10km, semi-marathon, marathon ou autres est le cardiofréquencemètre. Cet appareil n’est pas nécessaire si vous courez une fois par semaine ou si vous n’envisagez pas de changer une allure qui vous convient et qui vous fatigue peu. Dans ce cas, il est important de vérifier une fois par an avec votre médecin que vous avez bien un état de santé compatible avec votre sport. Mais si vous pratiquez plusieurs allures ou que vous voulez faire évoluer votre vitesse habituelle par l’entraînement pour participer à des courses, il devient très important de suivre votre rythme cardiaque pendant l’effort. Il ne s’agit pas de se surveiller médicalement (encore faudrait-il être médecin soi-même), mais d’utiliser la fréquence de vos battements cardiaques pour vous situer dans des zones prédéfinies, correspondant à votre âge et à un plan d’entraînement. En course ou pendant une phase rapide ou difficile (côte) d’une sortie, cela permet aussi de vérifier que l’on ne dépasse pas des limites raisonnables (le fanfaronnage est l’ennemi de l’efficacité !).

Un cardiofréquencemètre, c’est une ceinture légère placée sous la poitrine qui détecte les battements du cœur, les transforme en signaux électriques et les transmet à une montre réceptrice qui affiche la valeur du rythme cardiaque. Selon le modèle, il est possible de définir des zones cibles correspondant au programme d’entraînement. Lorsque le rythme sort de cette zone, la montre émet un signal sonore pour vous alerter et vous inciter à revenir à une allure normale. C’est un outil idéal pour mieux se connaître sur le plan cardiaque, pour gérer ses efforts en balade comme en course, il évite de s’épuiser à suivre d’autres personnes et de participer à des paris stupides. En courses longues type semi ou marathon, il permet de conserver vos forces et votre souffle pour la fin de course, là où vous vous rendez compte que vous avez doublé depuis longtemps les forcenés des premiers kilomètres.

Contrairement aux premières impressions, c’est très facile à porter, l’habitude est vite prise. La montre donne aussi l’heure et peut également servir de chronomètre, mettre en mémoire certaines étapes et autres fonctions sophistiquées selon le modèle. L’ordre de grandeur de prix est de 500 F à 1500 F (fonctions poussées inutiles pour la plupart des coureurs). Les manuels qui accompagnent les appareils sont complets et précisent le principe des zones cardiaques conseillées et des allures associées. Les journaux consacrés aux coureurs à pied (Jogging International, VO2 Marathon, etc.) proposent des plans d’entraînement utilisant les valeurs de rythme cardiaque. Il n’y a plus qu’à se laisser guider... Beaucoup mieux, un test d’effort pratiqué dans un établissement médical spécialisé en technique sportive permettra une personnalisation des rythmes cardiaques adaptés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires